Élections municipales 2020 : aux urnes, citoyens !

Cela ne prendra que quelques minutes aux électeurs, qui s’arrêteront à leur bureau de vote, en revenant de la boulangerie ou lors de leur balade du dimanche en famille. En réalité, organiser une élection, quelle qu’elle soit, demande des mois de préparation. Immersion dans les coulisses d’un scrutin.

Les infos pratiques des élections (qu’on ne connaît pas forcément !)

  • La carte d’électeur n’est pas obligatoire. En revanche, vous devez impérativement présenter une pièce d’identité : carte d’identité, passeport, permis de conduire mais aussi pourquoi pas, une carte vitale ou une carte famille nombreuse, à condition qu’elles comportent une photo et soient valides.
  • Les bureaux de vote sont ouverts, sans interruption, de 8 h à 20 h.
  • Les démarches pour vos demandes de procuration ont évolué : maintenant, vous pouvez télécharger directement le formulaire de procuration sur le site interieur.gouv.fr puis la déposer au commissariat de la Police Nationale, 40, rue Quétigny. Votre mandataire doit impérativement être inscrit sur les listes électorales à Épinay, mais peut voter dans un autre bureau de vote que le vôtre. En revanche, il n’a pas le droit de détenir plus d’une procuration établie en France.
  • Les personnes à mobilité réduite peuvent bénéficier des services de la Navette pour les conduire dans leur bureau de vote. Inscriptions préalables au 01 49 71 99 01.
  • Tous les électeurs spinassiens peuvent se proposer comme scrutateurs le soir du scrutin.

Une organisation millimétrée

La machine est tellement bien rôdée que l’on n’en voit pas tous les rouages et pourtant… L’organisation d’une élection mobilise plus de 200 personnes qui œuvrent dans l’ombre pour que tout se passe bien le jour J.

J – 60

La première étape, c’est de vérifier que les listes électorales sont bien à jour et ce n’est pas une mince affaire. Il faut par exemple s’assurer que les jeunes majeurs soient bien inscrits, que les personnes décédées récemment aient été radiées ou que ceux qui ont déménagé ne soient pas inscrits dans les deux communes à la fois. Cette année, Brexit oblige, il a aussi fallu radier, dans l’urgence et à la demande de la Préfecture, les Spinassiens d’origine britannique, jusqu’ici autorisés à voter aux élections municipales en tant que citoyens européens. Et même si la mise en place du Répertoire Électoral Unique, l’an passé, a largement simplifié l’opération, en l’automatisant, la minutie est de mise.

Lire la suite

J – 30

Sur la to-do list également, l’impression et l’expédition des nouvelles cartes électorales. Seulement 800 à 900 cette fois-ci, car seules les années d’élections présidentielles, l’ensemble des cartes sont rééditées.

Lire la suite

J – 15

Les choses s’accélèrent encore quelques jours avant le 1er tour : les panneaux d’affichage sont installés à l’entrée des bureaux de vote, les listes d’émargement imprimées et les urnes dépoussiérées. On vérifie aussi que les clés qui les ouvrent sont toutes au complet et fonctionnent !

Lire la suite

J – 6

Il est temps de s’attaquer  à un travail titanesque :  l’envoi de 26 000 enveloppes avec à l’intérieur la profession de foi des candidats et les bulletins. Ce sont plus d’une centaine de petites mains agiles qui contribueront à cette mise sous pli. Mais il reste encore des milliers de  bulletins et d’enveloppes à trier et à dispatcher : ceux qui rejoindront les 26 bureaux de vote,  pour être mis à la disposition des électeurs. Il faut qu’il y en ait un nombre suffisant partout, et  pour cela, l’équipe du service État-Civil et Démarches administratives a une astuce : elle ne compte pas les bulletins, elle les pèse en fonction du grammage du papier. Beaucoup plus rapide et efficace !

J- 1 Impossible d’anticiper la mise en place des bureaux de vote : il faut attendre que les enfants aient quitté les bancs de l’école le vendredi soir pour avoir le champ libre. Du coup le samedi, c’est l’effervescence. On commence à mettre le mobilier en place, les tables, les isoloirs… L’urne, les bulletins, la liste d’émargement et l’indispensable Code Électoral attendront quant à eux sagement le dimanche matin.

Lire la suite

Jour J, 5 h 30 du matin.

Dans la nuit encore noire, c’est un ballet bien orchestré de 26 camions qui viennent charger le matériel avant de rejoindre les bureaux de vote pour que tout soit en place pour l’ouverture.

Lire la suite

Jour J, 8 heures précises.

Chacun est à son poste pour accueillir les lève-tôt. Le chef de centre  accueille les électeurs à l’entrée,  vérifie leurs documents d’identité et leur explique la marche à suivre si nécessaire tandis que le président du bureau  et les assesseurs font signer la liste d’émargement et tiennent l’urne. À 11 heures et à 16 heures, l’équipe communique à la Préfecture les premiers taux de participation au scrutin.

À l’extérieur des bureaux aussi, ça s’active : les chauffeurs de la Navette sillonnent la ville pour conduire les seniors et les personnes à mobilité réduite qui en ont fait la demande jusqu’à leur bureau de vote et à l’Hôtel de Ville, une permanence exceptionnelle est assurée pour répondre aux administrés qui auraient des questions.

Lire la suite

20 h.

Enfin, les portes des bureaux de vote se referment. Le dépouillement peut commencer, sous l’œil des scrutateurs, ces électeurs volontaires pour témoigner du bon déroulement des opérations.

Lire la suite

Entre 22 et 23 h.

Chacune des 26 équipes rejoint l’Hôtel de Ville, apportant avec elle, les procès-verbaux où ont été indiqués les événements qui ont émaillé la journée (la venue d’un candidat ou d’un de ses représentants par exemple) mais aussi les bulletins raturés, déchirés ou annotés, lesquels vont être revérifiés plusieurs fois avant d’être invalidés une bonne fois pour toutes. Une fois considérés comme définitifs, les chiffres sont alors communiqués à la Préfecture. Ils peuvent être proclamés officiellement et affichés à l’entrée de l’Hôtel de Ville.

Lire la suite

Minuit.

Une voiture de police prend la direction de la Préfecture, avec à son bord, l’ensemble des « pièces à conviction » : les listes d’émargement, les procès-verbaux dressés dans les différents bureaux de vote et les bulletins nuls. Des documents qui seront examinés une ultime fois pour s’assurer que tout  a été fait dans les règles de l’art. Quant aux bureaux de vote, ils finissent d’être vidés et remis en ordre, pour que les élèves qui arrivent dans quelques heures ne se rendent compte de rien… Et s’il y a un second tour, la semaine suivante ? On prend les mêmes et on recommence !

Lire la suite


À lire également