Plan de la ville

Le Cygne d'Enghien
Gros Buisson
Orgemont
Centre-ville
Les Écondeaux
LA SOURCE-LES PRESLES
Les Mobiles-La Briche-Les Béatus-Blumenthal

Sites partenaires

Un peu d'histoire

Ancien domaine mérovingien, la ville s'est transformée au cours des siècles. Des broussailles aux espaces agricoles, de la villégiature aux grands ensembles, découvrez la richesse de son histoire...

Épinay, terre agricole

Tableau de Gabriel Déneux Vendanges sur les coteaux d’OrgemontDès l'époque gallo-romaine, un groupement d'hommes aurait vécu sur le territoire. Cependant, le nom d'Épinay n'est mentionné que dans une chronique du VIIe siècle qui évoque la villa royale de Dagobert 1er.

Au début du Moyen-Âge, Épinay est une localité à l'habitat dispersé qui comprend des fermes, quelques auberges et des maisons de plaisance où séjournent à la belle saison de riches Parisiens.

Au XIe siècle, l'endroit est divisé entre seigneurs laïcs et religieux : les Montmorency, Dormans ou Choart se succèdent dans un hôtel seigneurial situé au cœur du bourg et dans le petit château du domaine de la Briche.

Lithographie représentant la maison du comte de Lacépède, avPeu à peu, les habitations se cristallisent en village entouré de terres agricoles. Les Spinassiens vivent de la production de vin, et à partir du XVIe siècle, de cultures maraîchères et céréalières écoulées sur le marché parisien.
De passage ou habitants, quelques grandes figures historiques ont vécu à Épinay. Certaines rues portent encore aujourd'hui leur nom comme le maréchal Maison ou le naturaliste Lacépède.

L’arrivée du chemin de fer et l’industrialisation

Le tramway en 1900 Rue de ParisAprès les combats de la guerre franco-prussienne, le village se transforme en ville de banlieue. Même si quelques travaux des champs subsistent, les immeubles et les usines occupent la plus grande place. Beaucoup d'ouvriers venus pour la rénovation des rues de Paris ou le percement du métro s'installent à Épinay-sur-Seine. De nouveaux quartiers modestes s'élèvent près des gares et le long du parcours du tramway, nouvellement construits.

Usine Olida en 1900Des entreprises métallurgiques, chimiques ou agroalimentaires comme Olida s'établissent. On compte même une firme cinématographique, Éclair, de laquelle des chefs-d'œuvre, comme La Grande Illusion de Renoir ou La Reine Margot de Chéreau, sont sortis. Ce qui vaut à Épinay-sur-Seine son label de Cité des industries du cinéma !
Après la guerre 1914-1918, l'industrialisation se poursuit et toutes les branches de production sont représentées.

La mutation urbaine d’Épinay

Dernier verger Les PreslesAu lendemain de la Seconde Guerre mondiale, crise du logement oblige, les derniers espaces agricoles cèdent la place à de grands ensembles immobiliers. La Caisse des Dépôts et Consignations construit le grand ensemble d'Orgemont (1956) et celui des Écondeaux (1973) tandis que l'OCIL, organisme collecteur du 1% patronal, édifie le grand ensemble des Presles (1964). La population croît rapidement, passant de 16000 habitants en 1945 à 30000 au début des années 60. Elle se stabilise à près de 47000 habitants dans les années 90.
Le Centre-ville, vestige de l'ancien village, devenu vétuste et inadapté, fait l'objet d'une vaste opération de rénovation débutée en 1973 et achevée à la fin des années 80.

Vue aérienne du quartier d'Orgemont en 1980À la place des sentiers, de nouvelles rues apparaissent, les jardins sont remplacés par des tours d'habitation. Plus de 5000 logements sont construits, ainsi que la plupart des groupes scolaires, des équipements sportifs, sociaux et culturels.