Accueil>Histoire : la crue de 1910 à Épinay-sur-Seine

Plan de la ville

Le Cygne d'Enghien
Gros Buisson
Orgemont
Centre-ville
Les Écondeaux
LA SOURCE-LES PRESLES
Les Mobiles-La Briche-Les Béatus-Blumenthal

Sites partenaires

Histoire : la crue de 1910 à Épinay-sur-Seine

Impressionnés par la crue de la Seine, ces derniers jours ? Saviez-vous qu'il y a plus de 100 ans, en 1910, la nature capricieuse faisait déjà sortir la Seine de son lit ?

Une crue centennale

En janvier-février 1910, l’eau de la Seine est montée plus de 8m au-dessus de son niveau normal. Cet événement a tant marqué la collectivité qu’on a coutume de l’appeler « la crue centennale ». Il s’agit de la seconde crue la plus importante recensée dans l’histoire de la capitale, avec des photographies impressionnantes prises pendant toute la durée des inondations. 17 départements sont alors touchés, et les villes des bords de Seine sont paralysées, d’autant plus qu’à l’époque, le transport de nourriture (récoltes, viandes) se faisait par péniche : l’Île-de-France a faim !

Et à Épinay-sur-Seine ?

En 1910, la ville d’Épinay-sur-Seine a été plutôt épargnée par la crue. Les écoles sont préservées, mais trois usines chôment en raison des inondations, laissant 56 ouvriers sans activité ni salaire. L’essentiel ? Aucun dégât humain n’est à déplorer. Mais le ravitaillement de denrées alimentaires par voie d’eau est compliqué. Les denrées arrivent à destination, mais souvent avariées.
Un formidable élan de solidarité s’organise en France comme à l’étranger. À Épinay-sur-Seine, le syndicat de la presse verse 5000 Francs, la ville d’Eaubonne offre son aide et le Préfet remercie le maire pour la souscription des écoles de la Ville.   

La fin de la crue

La décrue débute le 29 janvier et le travail est titanesque : lutte contre les risques d’épidémie, réparations (transports)… Les dégâts sont alors chiffrés à 400 millions de francs-or.  

Les dates clés :

  • 20 janvier 1910 : les bateaux ne passent plus sous le pont de l’Alma.
  • 28 janvier 1910 : la Seine atteint son niveau maximal.
  • 29 janvier 1910 : la décrue commence.
  • 16 mars 1910 : la Seine retrouve son lit normal.